Pour accéder aux études supérieures de maïeutique, il faut présenter le concours de PACES, et être reçu dans le Numerus Clausus spécifique à la filière maïeutique. A la faculté Lyon Sud-Charles Mérieux, pour l’année universitaire 2017/2018, le Numerus Clausus pour la filière maïeutique était de 17 places se répartissant entre Lyon Sud et Bourg en Bresse.

Comme pour toutes les filières de santé accessible par la PACES, le cursus est organisé en 2 temps. 

   

Le premier cycle :

   

Il consiste en l’obtention du DFGSMA (Diplôme de Formation Générale en Sciences Maïeutiques) et dure 3 ans (PACES comprise).

Durant ce cycle, vous aurez accès à des enseignements spécifiques à savoir la gynécologie, l’obstétrique, la néonatalogie et la pédiatrie. A cela s’ajoutent des matières plus générales comme l’anatomie, la santé publique, la pharmacologie, la biologie, la physiologie et enfin la sémiologie ainsi que des notions de base sur les principales pathologies. 

De plus, ce cycle est rythmé par un enchaînement de période de cours puis de stage qui peuvent s’effectuer en CHU ou bien en milieu libéral. Les stages représentent environ un tiers du temps de formation des étudiants de 2ème et 3ème année et sont consacrés au suivi prénatal (accompagnement de la grossesse), au suivi pernatal (l’accouchement) et au suivi post-natal. 

En fin de 3ème année, les étudiants obtiennent le DFGSMA (Diplôme de Formation Générale en Sciences Maïeutiques), reconnu au niveau licence.

   

Le deuxième cycle :

   

Consiste en l’obtention du DFASMA (Diplôme de Formation Approfondis en Sciences Maïeutiques) et dure 2 ans, il est axé sur la prévention et la détection des grossesses à risque.

Les enseignements sont donc approfondis et complétés par la formation à l’éthique, à la démarche clinique, au diagnostic anténatal, etc. 

De plus, les stages prennent une place prépondérante, avec 56 semaines de stage au total (dont 6 mois consécutifs en fin de cursus). L’objectif est d’apprendre à réaliser un accouchement sans complication et à pratiquer l’examen clinique de la mère. 

Le parcours personnalisé permet de moduler sa formation selon son projet professionnel : exercer à l’hôpital, en libéral ou faire de la recherche en laboratoire. 

Les étudiants peuvent, en parallèle de leur formation en école, suivre un master en santé publique ou en biologie, par exemple, en vue de s’orienter vers la recherche, l’enseignement ou un poste d’encadrement. Cela demande toutefois un investissement important. 

En fin de 5ème année, les étudiants obtiennent le DFASMA (diplôme de formation approfondie en sciences maïeutiques), de niveau master.

Pour obtenir le DE (diplôme d’État) de sage-femme, ils doivent valider les enseignements, les stages, le CSCT (certificat de synthèse clinique et thérapeutique) et soutenir un mémoire.

   

Contacts :

   

Gest’Asso : association étudiante de la faculté de Lyon Sud.

BDE SF : association étudiante des sages femmes de Bourg-en-Bresse.

ANESF : association des étudiants en maïeutique de France.